Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Shopping - Page 5

  • Prussian Blue, l'art en revue !

    prussianblue.jpg

    Le monde de l'art, le travail des créateurs, la découverte des tendances mais sans la publicité, la photo, la parole laissée aux visionnaires, voici un peu le cheminement de la revue Prussian Blue dont on fête le quatrième numéro en kiosque et qui s'affirme comme l'une des revues les plus intéressantes sur le monde de l'art.

    Lancée par le grand photographe Guillaume de Sardes, Prussian Blue est à l'image de son art : pointu, dense, réfléchi, mais jamais obtus et toujours lié aux mutations du monde. Prussian Blue se distingue par la qualité de ses contributeurs. Qu’ils soient historiens de l’art (Jean Clair), éditeurs (Partick Mauriès), écrivains (Dominique Fernandez, Jean-Paul Enthoven, Gabriel Matzneff), conservateurs de musée, experts ou commissaires priseurs, tous sont spécialistes des questions traitées.

    FASHION SHOOTING BY GUILLAUME DE SARDES from candid & young on Vimeo.

    Le numéro 4 de Prussian blue, conformément à la ligne internationale du magazine, présente entre autre l’atelier du jeune peintre allemand Tim Eitel. Tim Eitel est considéré comme l’un des peintres figuratifs les plus importants de sa génération. Son travail, inspiré des compositions de Jeff Wall, s’inscrit dans la lignée de David Hockney. On retrouve aussi la fabuleuse villa Valmarena et son histoire, une belle étude sur l'héritage de Le Corbusier, un entretient avec André S. Labarthe et Philippe Grandrieux pour la rubrique cinéma, et des photos de Nicolas Comment et Guillaume de Sardes qui ont photographié deux jeunes comédiennes Barbara Opsomer et Régina Demina.

    Bref, à vous procurer d'urgence si vous aimez l'art et la réflexion autour de la création. Si vous voulez en voir davantage et découvrir les bonus c'est sur le site www.prussianblue.fr où l'on découvre des interviews des deux jeunes comédiennes Barbara Opsomer et Régina Demina.

    prussianblue3.jpg

  • Roberto Alagna, une tournée à voir absolument

    robertoalagna1.jpg

    Roberto Alagna sera en concert près de chez vous avec le big band de Frédéric Manoukian, l'occasion de voir le plus célèbre ténor en activité !

    Son agenda pour les années à venir prévoit toujours des prises de rôle majeures. Désormais, Roberto Alagna a réussi son incroyable pari : devenir un chanteur populaire, connu et aimé du grand public, sans renier ses exigences de chanteur du grand répertoire lyrique. Mieux : ses tournées dans le répertoire de Luis Mariano, de chansons traditionnelles siciliennes, et dans le répertoire espagnol, contestées par les « puristes », épanouissent la voix d’Alagna et lui permettent d’enrichir son identité artistique au contact d’autres publics.

     


    24/02 TOULOUSE, ZÉNITH

    28/02 PAU, ZÉNITH

    31/03 MARSEILLE, LE DOME

    04/04 CLERMONT FERRAND, ZÉNITH

    07/04 EPERNAY, LE MILLESIUM

    04/05 GRENOBLE, PALAIS DES SPORTS

    06/05 LYON, SALLE 3000

    23/06 METZ, ARENES

    25/06 LILLE, ZÉNITH

    08/08 ARCACHON, STADE VELODROME

    10/08 MONACO, SPORTING CLUB

    13/08 FREJUS, ARENES

    27/12 NANTES, ZENITH

    30/12 PARIS, ZENITH

    littleitaly_EMAIL.jpg

  • Collaboration reprend au Théâtre de la Madeleine

    COLLABORATION - Bande-annonce from Théâtre de la Madeleine on Vimeo.

    Une sacrément bonne suprise car on regrettait de n'avoir pas vu la rencontre monumentale Michel Aumont - Didier Sandre dans ce texte très fort de Ronald Harwood. C'est chose faite avec la pièce Collaboration reprend au Théâtre de la Madeleine dès le 25 janvier 2013.

    Collaboration joue sur le double sens du mot. Il évoque le travail qui réunit le compositeur Richard Strauss et l’écrivain Stefan Zweig autour de l’écriture d’un opéra, mais aussi l’attitude conciliante du musicien envers le régime nazi. Juif et conscient de l’embrasement du mal, Zweig hésite entre l’exil et le profil bas. Il admire Strauss tout en méprisant son attitude. Certain de son impunité, Strauss le soutient en lui proposant de collaborer à l’écriture du livret de La Femme silencieuse. Strauss ira jusqu’à braver la prohibition de tout nom juif au générique d’un spectacle, imposant le nom de Zweig sur l’affiche, entraînant l’interdiction de l’œuvre après seulement trois représentations triomphales.

     

    Une pièce de Ronald Harwood
    Texte français de Dominique Hollier
    Mise en scène Georges Werler

    Avec Michel Aumont, Didier Sandre, Christiane Cohendy, Stéphanie Pasquet, Patrick Payet, Eric Verdin, Armand Eloi.

    www.theatredelamadeleine.com

    COLLAB2_A4_081112.jpg